06 Décembre : Une légende de Noël peinte par Gustave Doré

Du 1er au 24 décembre, Deuxième Temps vous accompagne jusqu’à Noël !

Chaque jour, ouvrez une nouvelle case de notre tout premier calendrier de l’avent et découvrez une œuvre en lien avec cette période festive.

En ce jour de la Saint Nicolas, Deuxième Temps vous propose de découvrir quelques personnages aussi célébres que le Père Noël en Alsace et dans le Nord de la France grâce à l’oeuvre de Gustave Doré : La Nuit de Noël.


Gustave Doré. La Nuit de Noël. [non datée] Aquarelle et rehauts de gouache sur traits de crayon. 75×51,5 cm. Paris, Musée d’Orsay

Le saviez-vous ?

Bien avant l’apparition du Père Noël dans la culture populaire, différents personnages fictifs furent chargés d’assurer la distribution des cadeaux en cette période festive : Saint Nicolas, par exemple, qui reste célèbre dans le Nord de la France et en Alsace.

Ici, l’illustrateur Gustave Doré choisit de représenter un ange qui, de cheminée en cheminée, vient déposer les présents alloués aux habitants d’une ville.

Né à Strasbourg en 1832, à une époque où cette région française était encore prussienne (Allemagne actuelle), on peut donc supposer que Gustave Doré fut inspiré par diverses légendes évoquant des anges de Noël.

La plus célèbre est certainement celle du Christkindel, personnage généralement considéré comme la personnification féminine du Christ.

En effet, en Bavière, en Autriche, en Alsace et dans une partie de la Moselle, la figure du Christkindel représentant l’Enfant Jésus a remplacé Saint Nicolas chez les luthériens après la Réforme au XVIe siècle. Il s’agit d’une gracieuse messagère de blanc vêtue, couronnée comme une reine, qui était parfois appelée « la Dame de Noël » ou encore « l’Ange de Noël ». *

Comme Saint Nicolas, celle-ci était accompagnée d’un personnage inquiétant dénommé Hans Trapp (ou Hans von Trotha), tel le Père Fouettard, grondant et corrigeant les enfants turbulents. Encore très populaire dans les régions catholiques d’Allemagne et d’Autriche, ce personnage inspira également la gracieuse Sainte-Lucie des Suédois, fêtée le 13 décembre.

Étant donné ses origines, l’artiste a, sans doute, voulu représenter la version de l’histoire qu’on lui racontait quand il était plus jeune. Toutefois, les toits de la ville survolés par la mystérieuse créature ressemblent fortement aux toits de Paris.

De ce fait, il est possible que Gustave Doré ait souhaité adapter la légende pour la rendre compréhensible aux yeux d’un public plus large.

Ici, le Christkindel devient donc un ange, figure connue de tous, contribuant à offrir une représentation universelle de la nuit de Noël.

Marion Spataro

Pour aller plus loin : Mystérieuse, cette illustration de Gustave Doré mobilise toujours les experts du monde artistique sur la question de sa datation. Un débat passionnant et parfaitement synthétisé par François Fièvre, historien de l’art, que l’on vous propose de découvrir à l’adresse suivante : https://iconoconte.hypotheses.org/862

*Source : Nadine Cretin, Lettre de Noël, Le Robert, 2015, n. p.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s