05 Décembre : L’oeuvre de Claude Monet racontée dans un merveilleux conte de Noël

Du 1er au 24 décembre, Deuxième Temps vous accompagne jusqu’à Noël !

Chaque jour, ouvrez une nouvelle case de notre tout premier calendrier de l’avent et découvrez une œuvre en lien avec cette période festive.

A l’approche de la distribution des cadeaux, Deuxième Temps vous propose de découvrir le coup de coeur de la rédaction : Les Arbres de Noël, de Géraldine Elschner.


Géraldine Elschner. Les Arbres de Noël. Illustré par Stéphane Girel d’après Claude Monet, La Charrette. Route sous la neige à Honfleur (avec la ferme Saint-Siméon). Collection « Pont des Arts » CRDP de l’académie d’Aix-Marseille. Editions Elan vert. 2010

Comment favoriser le rapprochement entre les élèves et l’œuvre d’art ?

C’est à cette question que tente de répondre la collection “Pont des Arts”, déjà riche de onze albums.

Par le détour de la fiction et de l’illustration, le jeune lecteur entre alors dans une aventure avec des héros attachants avant de découvrir qu’il a pénétré dans un tableau. Au fil de l’album, divers détails sont inclus dans une trame narrative et interprétés par l’illustrateur, comme autant d’indices qui mènent à la découverte de l’œuvre en fin d’ouvrage.

L’histoire racontée dans Les Arbres de Noël se déroule vers la fin du XIXe siècle, époque durant laquelle vécut Claude Monet. Plusieurs indices dans le texte et sur les illustrations nous permettent de le savoir tels que le cocher et la charrette tirée par un âne pour voyager, thème du tableau sélectionné.

Avec un peu de déduction (et de recherche), les plus grands pourront deviner la date précise de l’histoire en se basant sur l’année de réalisation du tableau : vers 1865.

Conçu comme un voyage, le récit met en scène le jeune Oscar, petit garçon qui part avec ses parents rejoindre sa grand-mère et son grand-père pour les fêtes de Noël. Modeste, toute la famille s’apprête à voyager en pleine tempête de neige grâce à une simple charrette. En voulant éviter un fiacre qui arrive en sens inverse, la carriole se renverse. Oscar perd conscience mais se réveille rapidement : Ce sont les arbres situés sur le bord du chemin qui leur permettent d’éviter de tomber dans un ravin.

Les « Arbres de Noël » du titre sont donc ceux qui leur ont sauvé la vie et non pas les traditionnels sapins décorés dans les maisons.

Toutefois, l’ingéniosité du récit se manifeste également par sa capacité à générer des liens avec la biographie de Claude Monet.

En effet, le jeune garçon de l’histoire se prénomme Oscar, prénom par lequel les parents de l’artiste l’appelaient lorsqu’il était enfant.

Par ailleurs, la ferme représentée appartient aux grands-parents du petit Oscar et le grand-père de ce dernier s’appelle Siméon. Or, la ferme peinte en 1865 par Claude Monet, située en Normandie, s’appelait Saint-Siméon et fut un lieu de rencontre pour le groupe des impressionnistes (Jongkind, Manet, Corot, Courbet, Boudin, Bazille…).

Ainsi unies au sein d’un récit, fiction et anecdotes historiques permettent aux plus jeunes de découvrir de manière ludique et pédagogique l’univers du peintre et, par extension,  de l’impressionnisme.

Un bel ouvrage à déposer… sous l’arbre de Noël ?

Marion Spataro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s