03 Décembre : La « Fantaisie de Noël » de Marc Chagall

Du 1er au 24 décembre, Deuxième Temps vous accompagne jusqu’à Noël !

Chaque jour, ouvrez une nouvelle case de notre tout premier calendrier de l’avent et découvrez une œuvre en lien avec cette période festive.

Aujourd’hui, Deuxième Temps vous propose de plonger dans l’univers onirique de Marc Chagall


Marc Chagall. Fantaisie de Noël. 1938

Artiste majeur du XXe siècle, Marc Chagall est un peintre de la « surréalité », comme le décrivait Apollinaire.

L’aspect fabuleux et féerique de son œuvre, ses couleurs vives voire orientales, ses thèmes fantastiques et son inspiration folklorique font de l’artiste un peintre « russe ». Cette idée est renforcée par sa parenté avec une forme d’expression littéraire répandue en Russie : la fable. En effet, les tableaux de Chagall semblent raconter des histoires et, de ce fait, peuvent être compris par le spectateur malgré leur irréalisme flagrant.

Intitulée « Fantaisie de Noël », l’œuvre présentée reprend plusieurs thématiques chères au cœur de Marc Chagall telles que la famille (notamment son union avec Bella Rosenfeld, épousée en Russie en 1915), ou encore celle de l’envol, plus onirique et directement inspirée de l’expression yiddish «meshu-gener, aropfun dakh » (qui signifie « tu es fou, descends du toit », en français).

Imagée, cette expression s’adresse à quelqu’un qui n’est pas physiquement sur un toit, mais qui poursuit une idée saugrenue voire inaccessible.

En ce sens, les personnages (animaux, humains ou hybrides) flottant entre ciel et terre semblent symboliser des émotions et concepts qui élèvent aussi bien le cœur que l’esprit. C’est le cas pour l’amour mais également pour d’autres thèmes, plus graves, où l’envol symbolise le triomphe des « damnés de la terre », des pauvres, des « oubliés » du monde, qui secouent le joug qui pèse sur eux : on s’envole pour oublier, on s’envole vers la liberté.

Comme souvent dans l’œuvre de Chagall, la toile est à la fois une partition, une poésie, un paysage et une bande dessinée (avec des « bulles » qui évoquent des scènes en aparté), où l’artiste réinvente les éléments de sa propre vie, comme on le fait dans un rêve.

Cela explique la prédominance du bleu, couleur du rêve (Klein) et du sentiment (Tahar Ben Jelloun), mais également l’omniprésence des animaux dans l’œuvre de l’artiste.

Dans ce grand charivari onirique, les espèces animales se carambolent souvent avec les instruments de musique (récurrents dans la religion comme dans les fêtes familiales).

De même, les objets détiennent une véritable puissance évocatrice, créant des hybridations insensées ou, comme c’est le cas ici, en permettant d’humaniser les animaux.

Toutefois, à l’inverse des créatures mutantes de Jérôme Bosch, le bestiaire modifié de Marc Chagall est principalement et magnifiquement joyeux. Il traduit l’élan fusionnel avec le monde d’un homme qui aime profondément la vie en dépit d’une existence marquée par le déracinement et le traumatisme des deux guerres.

Peinte en 1938, cette œuvre semble donc illustrer le sentiment de réconfort ressenti par l’artiste qui, même en exil, souhaite fêter Noël. Cet élan de joie, bien que modeste au regard de la menace qui plane sur sa vie, se traduit notamment par la présence de ce visage souriant en arrière-plan, lequel apporte une note d’espoir dans ce désert de neige.

Ainsi, l’épée de Damoclès se transforme, le temps d’une soirée, en un sapin de Noël dont la verdure et la vigueur contraste avec l’aspect décharné de celui représenté en arrière-plan. De ce fait, on peut imaginer que la volonté de fêter Noël permet d’embellir le paysage et, par extension, de poser un regard plus optimiste sur le monde…

D’ailleurs, ne serait-ce pas quelques maisons que l’on aperçoit au loin, sur la colline ? L’ange, qui apparait dans le ciel, semble venir de cette direction… Le message est clair : au loin se trouve le salut pour ceux qui sauront conserver la foi.

Marc Chagall et son épouse le trouveront aux Etats-Unis, en 1941.

Marion Spataro

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s