Spéciale Edvard Munch

Ce mois-ci, nous avons décidé de célébrer la naissance d’Edvard Munch, né le 12 décembre 1863 ! Il est aujourd’hui mondialement connu, mais on connaît assez peu ses travaux et son parcours : on vous propose donc de revenir dessus pour vous permettre de connaître le personnage, et mieux apprécier ses travaux.

Edvard Munch, Le Cri, 1893
Edvard Munch, Le Cri, 1893, tempera et pastel sur carton, 91 x 73.5 cm, (C.) Nasjonalmuseet, photographie Børre Høstland

Il a grandi dans une Norvège pauvre et en difficulté, marqué dès l’enfance par des décès et une vie rude. La voie de la peinture a été évidente pour lui, puisqu’il a commencé à dessiner dès l’adolescence. Durant ses années d’apprentissage, il s’est doucement détaché des créations très réalistes et naturalistes de ses maîtres. Ses travaux ont donc toujours été originaux, à contre-courant de ceux de ses contemporains : il cherchait déjà à représenter les choses telles qu’il les ressentait. On retrouve d’ailleurs cette manière de créer dans son célèbre Cri, qui en a fait un artiste éternellement dépressif dans l’imaginaire collectif. Il est pourtant bien plus que ça, puisqu’il n’a été malade que quelques années de sa vie !

Durant cette période difficile, il a été très décrié et critiqué dans son pays natal. Ce n’est que lorsqu’il a voyagé à Paris puis en Allemagne qu’il a été largement reconnu, plusieurs années plus tard. L’expressionnisme européen se faisait une place au même moment, prônant Munch comme un père fondateur involontaire.

En dehors de sa courte période dépressive, il était avant tout passionné par la beauté de la nature de son pays, qu’il a représentée à de nombreuses reprises. On connaît aussi son amour de la lumière et du soleil, qui se retrouve dans plusieurs séries.

C’était aussi un artiste passionné par tous les modes d’expérimentations, puisqu’il a pratiqué la gravure, la sculpture, la photographie et même la vidéo. Tous ces lieux de réflexion visuelle ont été travaillés en lien avec la peinture, sans être placés à un second plan par l’artiste : ce qui comptait pour lui, c’était d’exprimer ses ressentis et ses pensées. On retrouve d’ailleurs beaucoup d’autoportraits dans tous les médiums qu’il a explorés, Munch semblant avoir été en perpétuelle introspection et réflexion sur lui-même.

A cette personnalité passionnée par l’image, s’ajoute un talent particulier : la synesthésie. Edvard Munch voyait effectivement des couleurs et des formes lorsqu’il écoutait de la musique ou des sons. On retrouve d’ailleurs cette représentation de la musicalité des mots dans ses nombreux écrits, qui méritent aussi une attention particulière. Sa manière de mêler couleurs, mots et dessin est révélatrice de ce qu’était Edvard Munch : un artiste complet, à la recherche de l’expression sous toutes ses formes.

Edvard Munch, document manuscrit
Edvard Munch, document manuscrit « T 2547-004-A21 » issu de Jérôme Poggi, « Ecrits », édité aux Presses du réel, p.81. (C.) Musée Munch

 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s