Spéciale biennale de Lyon

Pour la 14e éditions de la biennale d’art contemporain de Lyon, Emma Lavigne, directrice du Centre Pompidou-Metz, propose une thématique qui interroge la mondialisation trop rapide et l’espace géographique sur lequel s’installe l’événement : les Mondes Flottants. Traversée par la Saône et le Rhône, l’histoire de Lyon est profondément liée à l’eau, autant pour ses transports de marchandises que pour son développement topographique. L’affiche elle-même nous préparait à un mélange entre ciel, nuages et eau, dans un ton qui rappelle indéniablement le rêve et le surréalisme. La planète, la nature et l’environnement ont également pris une place importante dans cette édition.
Ainsi, les artistes que vous pourrez voir s’inscrivent dans une démarche poétique, vaporeuse et interrogeant la place de l’individu dans ce monde changeant. Et comme ils sont réunis en grand nombre, nous vous avons fait une petite sélection, histoire de vous mettre l’eau à la bouche !

Jill Magid, archives universelles

Tapete de flores
Jill Magid, Tapete de Flores, 2016

Les archives des artistes sont importantes pour les historien.ne.s ; elles permettent de retracer des bouts de vie, des pensées créatrices et témoignent des procédés de réalisation. Mais que deviennent-elles lorsque les artistes en question décèdent et que les scientifiques n’y ont plus accès ? C’est ce que Jill Magid interroge dans son travail exposé au MAC. Portant sur l’architecte Mexicain Luis Barragán, on lui a refusé l’accès à ses archives personnelles. En attendant une réponse des nouveaux propriétaires, l’artiste entame un projet sur la question des droits d’auteur, des contrôles d’informations et l’exploitation de celles-ci. D’ailleurs ces sujets lui sont familiers, puisqu’il a notamment travaillé sur les caméras de sécurité placées dans les villes.

David Tudor, la forêt artificielle

 

Oeuvre posthume de l’artiste américain David Tudor, cette vaste installation propose une expérimentation sensible des sons de la nature. Pensée selon le principe des mobiles indépendants, chaque sculpture dispose d’un haut parleur émettant des sons de la forêt, enregistrés ou fabriqués. Leurs matériaux étant de différentes natures (bois, métal, plastique), les vibrations des bandes sonores se propagent et résonnent singulièrement aux oreilles du visiteur. La matière sonore est mouvante. Et si l’ensemble ne manque pas de ressembler à une joyeuse cacophonie évanescente, l’expérience artistique est prenante. Conçue de manière à ce qu’elle soit interactive, les corps des spectateurs deviennent un des acteurs primordiaux de Rainforest : autant la vue que l’ouïe et le toucher sont sollicités ici.

Marco Godinho, le voyage mondial

La biennale 2017 ne pouvait pas échapper à des problématiques contemporaines et actuelles. Et les questions sur l’environnement sont aussi liées à celles sur l’immigration. L’artiste portugais établi entre la France et le Luxembourg Marco Godinho semble vouloir nous interpeller sur ces questions sociales et mondiales. D’ailleurs, avant même d’entrer dans la Sucrière, le spectateur est averti par une inscription tamponnée “Forever Immigrant”. Rappel subtile mais efficace des passeports, Godinho travaille ici sur les différentes manières de voyager, autant légales que frauduleuses. Ce qui nous a intéressé dans ce travail c’est la valeur morale et la responsabilité des pays « dominants » dans ces problèmes migratoires : dans Untitled (Transparent Flags) l’artiste semble même mettre l’Europe devant ses propres décisions.

 

La définition géographique des territoires ne paraît plus suffisante pour l’artiste. A l’heure où les flux humains sont constamment irrigués, la notion stricte d' »immigré » ne définit plus les mouvements mondiaux.

Et pour s’immerger encore un peu plus dans cette biennale, lisez l’article compte-rendu de Céline Redon sur le happening d’Héctor Zamora.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s