Tour La Marseillaise

Nous sommes à Marseille, sur le site des Quais d’Arenc, où la chantier de la tour La Marseillaise est entamé depuis 2014 et devrait s’achever en été 2018. Au nord des terrasses du port, ce site accueille un vaste programme de construction dont l’immeuble le Balthazar – conçu par Roland Carta – est pour l’instant la seule réalisation achevée. Entre le Silo et la tour CMA CGM, au centre des deux bras de la passerelle de l’autoroute A55, d’autres bâtiments sont prévus. La H99 de Jean-Baptiste Pietri, est une future tour de logements de standing dont les travaux devraient commencer après le chantier de La Marseillaise. Après quoi,  la tour Horizon imaginée par Yves Lion sera exclusivement conçue pour abriter un ensemble hôtelier.


La tour Marseillaise est donc la prochaine sur la liste. C’est une petite visite guidée du chantier que je vous propose aujourd’hui !

La tour est signée par l’architecte Jean Nouvel.  Elle s’élèvera à une hauteur de 135 mètres, soit 31 étages, qui offrent une vue panoramique imprenable sur la ville et sa baie. En dehors des 35 000 m² de bureaux prévus, on y trouvera également un restaurant interentreprises, une crèche et des extensions accueilleront des commerces en pied d’immeuble.

Dès maintenant, on peut voir que des pilotis de 12 mètres de haut encadrent le hall d’entrée au rez-de-chaussée. Ce hall dispose d’une hauteur sous plafond qui correspond à deux niveaux. Les 18e, 19e et 20e étages constituent une transition visible depuis l’extérieur. A ces niveaux, les façades en retrait permettent de dégager des espaces avec de la végétation issue des calanques. Tout en haut, le toit ne dispose pas de façades. La structure laisse la tour comme inachevée.

Le projet de la tour La Marseillaise, crédit : Ateliers Jean Nouvel

Le squelette central assume sa facture brute avec ses défauts. Autour du noyau central se trouvent les espaces de bureaux qui pourront disposer d’une base libre à cloisonner. Dans ces grands espaces, les murs et les plafonds – poteaux-poutres en acier – sont peints. Le prolongement des matériaux et des couleurs depuis les façades jusqu’au noyau de béton interne permet une continuité visuelle entre l’intérieur et l’extérieur. Ce phénomène est renforcé par les ouvertures qu’offrent les larges façades vitrées.

AJN_Marseille_TourLaMarseillaise_05-VUE-HALL_600_465_80
Projet de la tour La Marseillaise, vue du hall, crédits : les Ateliers Jean Nouvel

Des brise-soleils et des allèges sont répartis sur toute les faces et animent la tour. Leur nombre diffère en fonction de l’exposition au soleil. Ces éléments suivent la même logique que les autres matériaux quant à la répartition des couleurs ; des gammes d’ocre et de lasures offrent un dégradé d’une trentaine de teintes différentes. Ces couleurs donnent une perception différente du bâtiment selon l’endroit où l’on se trouve dans la ville.

Jean Nouvel dit vouloir un projet à l’image de Marseille, en relation avec ce qu’il y a autour. La réalisation joue sur la lumière, ses reflets et les couleurs pour offrir une trame vibrante qui ne se lira pas toujours de la même façon. Ce phénomène d’art optique met en scène les façades du bâtiment avec les différents éléments de quadrillage qui ont des teintes différentes selon les faces, les moments et la météo. La tour s’intègre à la ville qui bouge en permanence. Sa composition est réfléchie en fonction de l’environnement qui l’entoure.

Je suis un architecte contextuel. Je construis ici ce qui fait du sens ici, et qui n’en ferait pas ailleurs.

Jean Nouvel à propos de la résidence La Calanque dans le quartier Saint-Just de Marseille, en travaux depuis juillet 2017.

L’architecte français fut révélé au grand public en 1987, lors de l’inauguration de l’Institut du monde arabe à Paris. Toutes ses conceptions sont profondément ancrées dans leur contexte. Jean Nouvel prend position de manière engagée quant à l’insertion de l’architecture dans le contexte urbain. Cela et l’originalité sans cesse renouvelée de ses projets dans le monde entier, ont contribué à forger son image internationale. Son travail est reconnu et admiré mondialement. Il s’est déjà vu décerner de nombreux prix en France comme à l’étranger : notamment la médaille d’or de l’Académie française d’architecture, deux Équerres d’argent et le Grand prix national de France pour l’architecture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s