Street art : dessin urbain

L’art urbain est sans doute le mouvement artistique le plus à la mode en ce moment, celui qui a marqué une génération en soif d’une grande liberté d’expression. « En art point de frontières » écrivait Victor Hugo, le street art en est la preuve parfaite. Après tout, la rue appartient à tout le monde. N’est-ce pas un terrain de jeu privilégié pour exposer son art et ses idées auprès du grand public ?
Techniquement, le street art est difficile à définir : il s’agit d’un genre artistique, non pas d’un médium ou un support à proprement parler. Les surfaces murales deviennent le papier du dessinateur, le chevalet du peintre, l’argile du sculpteur. De nombreux procédés graphiques renvoient à cet art contemporain : la bande dessinée pour la personnification d’un élément animé ou non pour délivrer un message ; l’affichage pour l’utilisation du paysage urbain, notamment à des fins publicitaires ou encore la 3D pour cerner les différents angles de vue et de perspectives du dessin urbain.

Retour sur un art né dans la rue

Historiquement, l’art urbain (ou street art) est né dans les années 60, dans les rues d’une des plus grandes villes des Etats-Unis, New York. A cet époque, la ville était un atelier artistique d’expérimentation grandeur nature pour les artistes peintres, qui troquaient leurs crayons et pinceaux pour des bombes aérosols. Cette énergie créatrice a ensuite touché le monde entier. En France, le mouvement a connu son heure de gloire avec les événements de mai 1968 où cet art éphémère permettait l’expression directe de messages politiques, culturels et sociaux. Les années 1970 ont également été artistiquement charnières pour ce mouvement. Les artistes affluaient pour clamer haut et fort leur identité artistique. On parle alors de graffitis, de grands lettrages ou encore d’éléments figuratifs qui habillaient les murs et les stations de métro des villes.

Keith Haring, Subway Drawing, 1981
Keith Haring, Subway Drawing, 1981. Photographie de Tseng Kwong, source : site internet de l’observatoire de l’art contemporain.

Un graffeur a marqué le street art des années Reagan et des années futures :  Keith Haring. Baigné par la culture Hip Hop du début des années 80, ce jeune artiste dessinait des petits personnages sur les espaces publicitaires des métros de New York. Près de 5 000 œuvres éphémères réalisées à la craie blanche sur fond noir ont illustré les moindres recoins souterrains et fait la notoriété de cet artiste au style inimitable : répéter des formes synthétiques simples qui racontent une fiction dans la réalité.

Banksy, Think-Tank, 2003
Banksy, Think-Tank, 2003. Source : site internet de l’observatoire de l’art contemporain

Ce n’est qu’à partir des années 1980 que cet art underground est remonté à la surface de la Terre. Il fut enfin reconnu comme un art à part entière et vendu dans des galeries. Dans les années 2000, il avait définitivement sa place au Panthéon des Arts. La consécration eut lieu en 2008 avec une exposition vitrine consacrée à l’art urbain au Tate Modern, à Londres. Le nombre de collectionneurs croissait en permanence, de plus en plus passionnés. Des ventes aux enchères étaient organisées à foison et leurs résultats financiers de plus en plus impressionnants. La vente annuelle de street art de la maison d’enchères Artcurial à Paris a enregistré plus 550 000€ en 2011 et dépassait aisément la barre du million d’euros les éditions suivantes.

A mon sens, le street art “originel”, celui né pendant la guerre froide n’existe plus. Aujourd’hui, il me semble plus sophistiqué, les graffitis plus travaillés, les messages plus subtils. L’art de rue à l’état sauvage a tiré son dernier trait pour donner dessin à ce qui est appelé désormais l’art urbain contemporain.

Virginie Ludwiczak

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s