L’eau en mouvement.

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à une construction que nous connaissons tous : la fontaine, qui avant d’être un ornement servait uniquement de réceptacle pour l’eau. Placée au centre du village, elle prétextait aussi la rencontre, ce qu’attestent certains tableaux comme Eliézer et Rébecca peint par Nicolas Poussin.

Rébecca, femme du patriarche Isaac (Genèse, ch. 24 à 27). Fille de Batouel, neveu d’Abraham, elle habitait la Mésopotamie. C’est là qu’Eliézer, envoyé par le patriarche pour chercher une épouse digne de son fils Isaac, la rencontra au bord d’un puits et lui offrit des présents au nom de son maître. Elle le conduisit à la demeure de son père, et, avec la permission de celui-ci, le suivit dans le pays de Canaan, où, mariée avec Isaac, elle devint la mère d’Esaü et de Jacob. Leur union reste longtemps infertile, puis Rébecca est enceinte de jumeaux. Sa grossesse est pénible, parce que les deux enfants se battent dans son sein. L’Eternel lui prédit que deux nations seront issues de ces deux garçons et que l’aîné servira le cadet. Quand Isaac fut devenu vieux et aveugle, Rébecca usa de stratagème pour que Jacob, son préféré, reçût, à la faveur d’un déguisement, la bénédiction que le patriarche croyait donner à Esaü. Rébecca fut enterrée dans la caverne de Macpéla, à Hébron.

http://mythologica.fr/biblique/rebecca.htm

Qui dit fontaine, dit nécessairement eau. Non seulement vitale, elle arbore différents symboles dans la mythologie et les rituels : on y baptise l’enfant, on se purifie avec et son écoulement exprime métaphoriquement celui de la vie. Quant au mot fontaine, qui signifie « eau vive qui sort de terre » (selon le premier dictionnaire de l’Académie française), il nous rappelle qu’avant la maîtrise totale de l’eau, les bassins devaient se situer sur des sources abondantes. La Fontaine de Jouvence n’est donc plus très loin !

Suivant les époques, elle prit différentes formes, allant du simple robinet aux constructions monumentales, comme la fontaine de Trévi, devenant ainsi un ornement et l’expression de la magnificence des royaumes. Par la fontaine, l’homme montre qu’il maîtrise l’eau, l’architecture et la science afin de rehausser l’éclat des jardins et des villes !

L’art contemporain et la fontaine :

De nos jours, en Occident, la nécessité d’avoir une fontaine étant relativement moindre, les artistes se sont penchés sur ses formes pour en créer de nouvelles, comme le fit Pol Bury qui en réalisa une soixantaine !

De loin, celle de la Fondation Maeght ressemble à une masse assez uniforme. La matière utilisée participe probablement à cet effet en réfléchissant la lumière. Les contrastes y sont faibles, conférant aux surfaces une certaine planitude et figeant la sculpture. Pourtant, si on la regarde de près, le mouvement existe bel et bien ! Il est d’ailleurs considéré comme un médium à part entière par Bury. En effet, ayant amplement participé au courant « Art cinétique » de 1960, l’artiste en récupère tous les concepts qui imposent aux objets d’être mues.

« Fontaines ou sculptures, chacune fera ce qu’elle voudra dans un lieu,
elles ne m’appartiennent plus,
elles vivent leur vie propre avec leur soleil, leur lune, leur pluie.
Quand une fontaine est dans la nature, elle atteint son point final, son apogée ;
elle respire, elle s’oxygène »

Pol Bury

L’inertie ne pouvait plus durer, il fallait mettre en mouvement l’art ! Ainsi, dans La Fontaine, les cylindres semblent chercher leur équilibre, titubant d’avant en arrière. C’est un véritable parcours que l’artiste met en place pour l’eau, qui fait basculer les éléments de la fontaine, actionnant ainsi son mécanisme discret.

Le mouvement cinétique confère à l’installation un caractère hypnotique : on pourrait passer de longues minutes à observer ces mouvements lents presque insignifiants !

L’eau est donc une énergie permettant des jeux visuels mais aussi sonores, provoqués par le choc entre le liquide projeté et celui plane. On y retrouve quelque chose de la Drip Music de George Brecht, qui consiste à verser de l’eau depuis une certaine hauteur dans un contenant. En faisant varier la densité, différents sons étaient ainsi produits.

Exemple de dripping. La mise en scène fait aussi partie du concerto.

Cette connotation musicale est clairement énoncée dans la Fontaine Stravinsky, de Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle, qui, comme son nom l’indique renvoie au compositeur classique. Dans les fontaines que le couple fit, on retrouve quelque chose de théâtral comme si les personnages inventés par Niki de Saint Phalle prenaient place sur une scène aquatique.

 

On perçoit aussi le même rythme répétitif que chez Bury, bien qu’ici ce soient les mécanismes de Tinguely qui le créent.

Participants à l’art public, ces fontaines ne sont donc plus de simples ornements ou du design urbain, mais des expressions ludiques des mouvements de l’eau. Il ne s’agit plus seulement de faire écouler un liquide mais de l’utiliser pour faire une œuvre unique, mobile et sonore.

Alicia Martins

Cliquez pour voir plus loin : et le site de Pol Burry, le mouvement cinétique et une explication de la Fontaine Stravinsky

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s