Rencontres d’Arles 2016 : Joao Pina et l’opération Condor

Vous avez peut-être entendu parler des Rencontres d’Arles, ce grand festival dédié à la photographie qui vient tout juste de commencer ! Créé en 1969, sa renommée internationale en fait une référence pour le monde artistique. Chaque année, une trentaine d’expositions sont présentées au public durant trois mois. On peut y voir de tout, des jeunes talents, des images d’archive ou encore des créations visuelles autour d’univers enchanteurs. Si beaucoup permettent d’oublier le quotidien, n’oublions pas que le festival a été créé par trois personnalités différentes, à savoir un photographe, un écrivain et un historien : on va donc bien au delà du simple divertissement !

Pour l’édition de cette année, pas de thème à proprement parler, mais le sous-titre « Raconteurs d’histoires« . A l’intérieur, tout un tas de séquences et d’expositions différentes. On a tout de suite repéré le pan consacré à la photographie documentaire, car elle permet de rendre accessible ce qui se passe loin de nous. Elle aborde visuellement des sujets dont on ne parle pas assez, mais qui sont importants, et qui font notre histoire ou notre actualité.

Et on a décidé de vous parler de notre exposition coup de cœur, qui propose un voyage dans le temps à travers photographie d’archives et témoignage visuel !

Dans cette série, le photographe a mené l’enquête, et nous en montre tous les éléments. On découvre des images d’archives, des photographies des lieux phares des événements, puis ceux qui les ont vécus.

Ici, une des nombreuses images d’archive qui ont permis au photographe de reconstituer les événements. L’image est violente, mais ne fait que documenter des faits terribles, et nous en rappeler la teneur.

L’image ci-dessus pourrait être une image d’archive, mais fait partie des photographies apportées à la documentation par Joao Pina. Beaucoup de victimes reconnaîtraient au premier regard l’escalier qui menait dans les salles de torture du quartier général de l’opération Condor en Argentine.

Entre le reportage et l’hommage, cette série propose des photographies qui touchent le regardeur et l’amènent à réfléchir. Finalement, le photographe nous montre le passé, et le documente par le biais de ceux qui s’en souviennent : c’est par leur regard qu’on pénètre dans l’histoire !

Finalement, cette série prouve encore une fois que la photographie permet une communication forte et directe : les images interpellent, et permettent de montrer ce que les mots ne peuvent pas toujours expliquer. Si cette série vous a plu, n’hésitez pas à vous rendre sur le site internet des Rencontres d’Arles pour aller voir le programme : vous y découvrirez forcément quelque chose d’intéressant ! Pour vous rendre sur place, c’est jusqu’au 25 septembre.

Et pour voir plus d’images de la série, rendez vous ici.

Céline Giraud

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s